Il serait juste de dire qu’en ce qui concerne l’industrie énergétique africaine, l’Afrique et l’Europe sont en désaccord depuis plusieurs années.

Il serait juste de dire qu’en ce qui concerne l’industrie énergétique africaine, l’Afrique et l’Europe sont en désaccord depuis plusieurs années.

L’Europe, qui se préoccupe à juste titre de la protection du climat et de l’évolution du monde vers des objectifs d’émissions nettes nulles, a exhorté les États africains producteurs de pétrole et de gaz non seulement à accélérer leur transition vers des sources d’énergie verte, mais aussi à la faire passer à la vitesse supérieure. Le sentiment général dans l’Union européenne (UE) est que le temps des nouveaux projets pétroliers et gaziers en Afrique est révolu.

Les Producteurs Africains de Pétrole et de Gaz et la Chambre africaine de l’énergie (CAE) n’ont pas hésité à s’opposer aux groupes environnementaux, aux dirigeants et aux institutions financières européens qui s’ingèrent dans notre industrie énergétique, en particulier lorsqu’ils découragent le financement de nouveaux projets pétroliers africains. Nous avons même appelé au boycott, en juillet dernier, des entreprises européennes qui ont coupé les investissements pétroliers et gaziers africains.

Comme vous pouvez vous y attendre, les pays africains ont été tout aussi frustrés par l’ingérence de l’UE. Ils sont peu enclins à tourner le dos aux avantages que leurs ressources en combustibles fossiles ont à offrir, en particulier le gaz naturel. Quand on sait que le gaz naturel peut atténuer la pauvreté énergétique généralisée du continent, contribuer à fournir de l’électricité fiable à près de 600 millions de personnes qui en sont privées en Afrique subsaharienne et être monétisé pour créer les fonds dont l’Afrique aura besoin pour réussir sa transition énergétique, il est facile de comprendre pourquoi.

Néanmoins, l’UE s’est acharnée à mettre un terme à la production de gaz naturel en Afrique. Jusqu’à récemment, en fait.

Un changement sismique s’est produit à la fin de l’été dernier, lorsque l’Europe a été confrontée à une hausse des prix des matières premières et à un faible approvisionnement en gaz naturel. La production des énergies renouvelables n’était pas en mesure de combler l’écart, faisant du charbon un mal nécessaire pour répondre à leurs besoins. Les dirigeants européens ont commencé à reconnaître que l’utilisation accrue du gaz naturel, qui émet le moins de dioxyde de carbone de tous les combustibles fossiles, était leur meilleure stratégie pour protéger durablement la sécurité énergétique de l’Europe à court terme. Début 2022, l’UE a déclaré que le gaz naturel (ainsi que l’énergie nucléaire) pouvait être considéré comme une énergie verte, à condition qu’il émette moins de 270 grammes de dioxyde de carbone par kilowattheure.

Les perspectives ont encore évolué après l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février. Actuellement, l’Union européenne dépend de la Russie pour 45 % de ses importations de gaz, qui ont totalisé environ 155 milliards de mètres cubes l’année dernière, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Mais au début du mois, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré que l’UE publierait des propositions visant à éliminer progressivement sa dépendance à l’égard des combustibles fossiles russes d’ici 2027.

Aujourd’hui, le monde commence à reconnaître le rôle essentiel que les vastes ressources en gaz naturel de l’Afrique pourraient jouer pour répondre aux besoins de l’Europe. L’UE s’intéresse également au potentiel de l’Afrique pour la production d’hydrogène vert, c’est-à-dire d’hydrogène produit à partir de sources d’énergie renouvelables. Des pays comme l’Allemagne ont déjà déterminé qu’ils ne pouvaient pas produire seuls les grandes quantités d’hydrogène vert dont ils auront besoin pour atteindre leurs objectifs d’émissions nulles. Ils ont donc commencé à préparer le terrain pour des accords d’importation fructueux avec les producteurs africains en investissant dans les infrastructures et les programmes de renforcement des capacités africaines. J’étais à Berlin la semaine dernière lorsque le ministre namibien des mines et de l’énergie, Tom Alweendo, et le ministre allemand des affaires économiques et de l’action pour le climat, Robert Habeck, ont signé une déclaration commune d’intention sur la coopération dans le domaine de l’hydrogène vert au cours du dialogue de Berlin sur la transition énergétique. La Namibie dispose d’un projet d’hydrogène vert qui a beaucoup progressé grâce au travail de James Mnyupe, conseiller économique présidentiel de la Namibie et commissaire à l’hydrogène, et de son équipe, mais des efforts supplémentaires sont nécessaires. Emerging Energy Corporation, basée à Francfort, a signé un accord avec le gouvernement nigérien pour travailler sur l’hydrogène vert et réduire les émissions de carbone dans les champs pétrolifères, tout en cherchant des moyens d’acheminer le gaz et l’hydrogène vers l’Europe par des pipelines.

Il est clair que l’Afrique a un rôle important à jouer pour répondre aux besoins énergétiques européens d’aujourd’hui et de demain. La question est de savoir si les dirigeants et les organisations européens peuvent se défaire de la dynamique qui a dicté leurs relations avec l’Afrique dans le passé – des actions qui ont privilégié les objectifs climatiques au détriment des besoins les plus urgents de l’Afrique – et commencer à embrasser les nombreux avantages que le gaz naturel peut offrir aux deux continents ?

Pouvons-nous forger une alliance de respect mutuel et de coopération, un “Green Gas Deal” de coopération pour ainsi dire ? Je crois que nous le pouvons, et que nous le devons.

Si nous le faisons, si les gouvernements et les entreprises européens commencent à augmenter leurs investissements dans les projets de gaz naturel africains, ils accéléreront le développement des infrastructures nécessaires pour que les pays africains commencent à exporter davantage de gaz et d’hydrogène vers l’Europe, libérant ainsi les pays de leur dépendance vis-à-vis de la Russie.

Qui plus est, les investissements européens en Afrique ouvriront la voie à davantage de projets de conversion du gaz en électricité, susceptibles de réduire la pauvreté énergétique en Afrique. Ces investissements ouvriront la voie à des projets industriels utilisant le gaz comme matière première, tels que des usines de produits chimiques et d’engrais, qui permettront de diversifier les économies africaines. Ils favoriseront également la génération de revenus dont les pays africains auront besoin pour développer leur bouquet énergétique et préparer le terrain pour une transition énergétique réussie.

Making Energy Poverty History By 2030

C’est le moment d’investir en Afrique

En outre, investir dans le gaz africain est une bonne décision commerciale.

D’une part, les efforts de la Chambre africaine de l’énergie pour favoriser un environnement d’investissement positif en Afrique ont déjà porté leurs fruits. Des gouvernements africains comme le Nigeria, l’Ouganda et la Namibie se sont efforcés de créer des politiques favorables aux entreprises, qu’il s’agisse de politiques équitables en matière de contenu local ou de régimes fiscaux améliorés qui renforcent la capacité des compagnies pétrolières internationales (CPI) à opérer de manière rentable à l’intérieur de leurs frontières.

En octobre prochain, la CAE prévoit de mettre en lumière les opportunités pétrolières et gazières en aval, en milieu et en amont de l’Afrique dans le cadre de l’African Energy Week (AEW), qui se tiendra au Cap du 18 au 21 octobre. Il est important de rappeler que l’Afrique reste sous-explorée et dispose encore de vastes réserves de pétrole et de gaz. Rien que l’année dernière, d’importantes découvertes ont été faites en Afrique du Sud, en Namibie, au Gabon et au large de la Côte d’Ivoire, pour n’en citer que quelques-unes.

L’Europe dispose de solides opportunités d’investissement non seulement dans l’exploration et la production, mais aussi dans les infrastructures gazières. Les gouvernements, entreprises et organisations européens peuvent faciliter les importations de gaz naturel africain dans leurs pays en investissant dans les infrastructures gazières africaines, notamment les gazoducs, les terminaux d’exportation de GNL et les opérations logistiques maritimes. Nous espérons voir les entreprises unir leurs forces, ainsi que la création de partenariats public-privé, pour faire avancer ces projets d’infrastructure.

Des étapes prometteuses

S’agissant d’une nouvelle ère de coopération énergétique, l’Europe et l’Afrique avancent déjà dans la bonne direction.

Par exemple, je suis extrêmement encouragé par l’engagement de Frans Timmermans, vice-président exécutif de la Commission européenne, à participer à l’African Energy Week 2022 de la CAE au Cap en octobre prochain. M. Timmermans participera à des forums d’investisseurs, à des tables rondes et à des réunions avec les ministres africains de l’énergie, les présidents, Team Energy Africa et les parties prenantes de l’industrie pétrolière et gazière.

Entre-temps, la Chambre africaine de l’énergie a rencontré la Commission européenne à Bruxelles et s’est entretenue avec des dirigeants allemands à Berlin sur le rôle que l’hydrogène africain peut jouer dans la transition énergétique de l’Europe. Nous remercions vivement la fondation Konrad Adenauer et en particulier Anja Beretta, directrice du programme sur la sécurité énergétique et le changement climatique, qui nous a convaincus de nous asseoir à la table des négociations et d’exprimer notre point de vue. Elle n’a jamais essayé de nous muscler et c’était respectueux.

J’espère seulement que ce modèle de communication ouverte et respectueuse se poursuivra.

Pour tirer parti de ce moment, nous aurons besoin d’un leadership fort. Comme je l’ai dit plus d’une fois,

L’Afrique et l’UE doivent réfléchir à leur relation énergétique non pas en termes de choix binaire entre la production de pétrole, de gaz naturel et de charbon et l’atténuation du changement climatique, mais plutôt dans le contexte de la sécurité énergétique et d’une transition énergétique juste. La hausse des prix de l’énergie et les conflits soulignent l’urgence de faire les deux.

Cela dit, après mes conversations avec des responsables européens, je pense que l’Afrique et l’Europe peuvent toutes deux relever le défi.

L’Afrique peut aider l’Europe à réduire sa dépendance à l’égard du gaz naturel russe et à produire l’hydrogène dont elle aura besoin pour réaliser ses ambitions en matière de consommation zéro. Dans le même temps, l’Europe peut soutenir les objectifs de l’Afrique en faveur d’une transition énergétique équitable à notre propre rythme, qui nous permette d’utiliser nos ressources pétrolières et gazières pour mettre en place des infrastructures, des compétences et des technologies dans le domaine des énergies renouvelables. Une transition qui n’annulera pas nos efforts pour réduire la pauvreté énergétique.

Nous pouvons, en tant qu’alliés, créer l’avenir énergétique dont nous avons besoin et que nous voulons. Maintenant, changeons notre état d’esprit et mettons-nous au travail.

NJ Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie (www.EnergyChamber.org). Ayuk est également le président-directeur général de Centurion International AG, la première entreprise africaine à être cotée à la bourse de Dusseldorf en Allemagne.

About The Author

NJ Ayuk

NJ Ayuk

NJ Ayuk, JD, MBA is an internationally-acclaimed thought leader, lawyer, thinker, speaker and entrepreneur, who advises major companies on corporate strategies with a focus on investing in Africa’s future.

ENERGY